Aussi intensément qu’on s’y attaque, avec les meilleurs moyens traditionnels qui soient, certaines formes de cancer, comme les tumeurs cérébrales, offrent peu de perspectives. Olivia Fund favorise donc la recherche de nouveaux traitements.

Dans ce domaine, l’immunothérapie, qui repose sur un principe totalement différent de celui de la chirurgie, de la radiothérapie ou de la chimiothérapie, représente une importante percée. L’immunothérapie stimule le système immunitaire du corps humain et tente ainsi d’enrayer ou d’empêcher la prolifération incontrôlée de cellules cancéreuses. Au final, c’est le système de défense du patient qui combat la tumeur.

Il existe aujourd’hui différentes formes d’immunothérapie. Ainsi, le vaccin anti-tumoral contre les tumeurs cérébrales, qui utilise les cellules immunitaires du patient, a déjà obtenu de bons résultats. La tumeur est avant tout, autant que possible, retirée par voie chirurgicale. Un vaccin est ensuite concocté dans un labo sur base du tissu tumoral spécifique et des globules blanc du patient, dont sont extraites des cellules dendritiques (raison pour laquelle cette immunothérapie est généralement appelée thérapie cellulaire dendritique). Le vaccin administré est donc réalisé sur mesure pour chaque patient.

StevenDeVleesschouwer2

 

A la KU Leuven, le neurochirurgien Dr. Steven De Vleeschouwer, dont il a dirigé la thèse de doctorat, a  affiné et élargi cette immunothérapie aux adultes souffrant de tumeurs cérébrales. Des études cliniques portant sur des adultes et des enfants se sont entretemps achevées, et leur données sont actuellement méticuleusement évaluées.